La question des usages

Article publiée le 30 décembre 2014

Derrière la réunion et/ou la séparation c’est la question des espaces publics qui est posée
L’espace public qui réunit est-il un mythe, une utopie ?

Reunir versus

Dans le cadre du forum « équité urbaine et espaces publics » des Journées mondiales de l’urbanisme (JMU 2014) organisé par la Société française des urbanistes (SFU) et l’Institut d’urbanisme de Lyon (IUL) le Mardi 4 novembre de 18h à 21h15 à l’IUL, 14 avenue Berthelot, 69007 LYON

 

Réunir versus Séparer

Derrière la réunion et/ou la séparation c’est la question des espaces publics qui est posée
L’espace public qui réunit est-il un mythe, une utopie ?

L’espace public est un lieu support de pratiques. Il est un lieu de représentation ou l’on se montre, d’expression et/ou de revendication tel qu’il permet des manifestions, des tag, un lieu qui permet les déplacements, support essentiel de la vie économique, un lieu d’agrément pour les déambulations, le jeux, un lieu d’attente…
Cet espace public serait un lieu de liberté couvert par l’anonymat et régit par des codes pas toujours exprimés mais finalement assez précis qui pourrait se traduire ainsi. Il est possible de se fondre dans l’anonymat ambiant, dans la foule présente, y prendre des photos sans trop être remarqué, pic niquer dans la rue. Tant que les normes, les temps, les lieux, les espaces et la propriété de l’autre sont respectés tout un chacun bénéficie d’une certaine liberté.
Mais parfois à des fins sécuritaires ou d’exclusion de ce qui dérange, les aménagements séparent ce qui pourrait rester uni et n’être qu’un. Par exemple, par peur que la cohabitation des usages ne fonctionne pas entre les cycles, les automobiles et les piétons ou afin d’exclure celui qui dérange : le mendiant, le rom, l’autre. Des séparations sont réalisées comme des voies de circulation séparées, des bancs fragmentés… et l’on menace la cohérence, la beauté, le confort de l’espace le rendant pour tous inconfortables. La séparation des espaces, souvent réalisée au bénéfice d’une pratique (l’automobile), d’une population (la majorité) rendent les espaces plus insécures.

Réunir versus séparer : la réunion contre la séparation. Un balancement perpétuel entre ouverture et fermeture du monde, ouverture et fermeture à l’autre ?

Trois témoignages nous permettent d’en débattre :
·       Les espaces publics dans la vie des habitants, Mathieu Percheminier
·       Conception et usages des espaces publics, berges du Rhône, Emmanuel Jalbert, Agence IN SITU paysage
·       Représentation et gouvernance des espaces publics territoriaux, péri-urbains et ruraux , Catherine Grandin, CAUE Rhône.

 

Journees mondiales de l’urbanisme en 2014