Désapprendre d’Athènes – Episode 2

Article publiée le 20 mai 2017

Steven Melemis, membre de BazarUrbain, co-organise un nouvel opus pour leur projet Désapprendre d’Athènes. Celui-ci aura lieu lors de la première Biennale d’Architecture de Lyon du 27 juin au 9 juillet avec une exposition, un kiosque « athénien » et une rencontre internationale consacrée aux conséquences de ce désapprentissage afin d’ouvrir de nouvelles pistes d’interventionnisme urbanistique.

© Camille Archilla

Désapprendre = mobiliser

Le destin de la métropole d’Athènes semble suspendu au contexte de crise économique qui frappe violemment la Grèce depuis presque une décennie, et l’afflux de migrants provoqué par le conflit du Proche-Orient ajouté aux vagues venues de tous les horizons depuis 25 ans. Ces crises successives semblent neutraliser toute possibilité de projet, autre que l’urgence humanitaire ou quelques monuments concédés par les armateurs comme aumônes. Le besoin de répondre au moment ne peut être séparé d’une réflexion stratégique sur le plus long terme, car c’est en soi un chemin de redressement économique et sociétal. Mais où, comment, avec qui?

C’est à l’ouest de cette métropole de plus de 4 millions d’habitants que se concentrent les espaces presque entièrement désactivés de la production, de la logistique et du transport ferroviaire, ainsi que les populations pauvres, issues de 150 ans d’immigration, à proximité immédiate du centre ville, lui même en train de se vider. « Unlearning from Athens » explore en priorité ces espaces à la fois stigmatisés et si manifestement chargés de potentiel, où l’on repère déjà les signaux faibles d’une résistance inventive. Des situations qui imposent de désapprendre toutes les manières instituées de faire projet, car pour autant qu’il s’agisse de potentiels majeurs, rien n’indique que ces situations puisse devenir des priorités stratégiques avant longtemps.

En toile de fond se posent des questions qui dépassent la situation grecque : comment passer d’une recherche menée par un projet pédagogique à des initiatives tournées vers le grand public en lien avec le territoire réel? Quels peuvent être les relais et les porteurs de projets alternatifs dans un contexte d’inaction des moteurs publics et privés habituels? La situation d’Athènes est-elle un avatar transitoire du capitalisme globalisé, ou un des laboratoires d’une nouvelle culture de projet qui se passerait de croissance? Dans la deuxième hypothèse, que deviendrait alors le projet d’urbanisme ou d’architecture ?

Unlearning à la Biennale d’architecture de Lyon :

La participation à la BAL sera une étape clé d’un processus cumulatif d’explorations et de débats qui continuera jusqu’en 2019, dont l’objectif est d’ouvrir des perspectives concrètes et réalistes d’action, par des moyens différents :

  • L’exposition reviendra d’abord sur 70 projets issus de six années de workshops et studios de projet de master reposant sur la collaboration entre l’ENSA Paris-Malaquais avec l’université technologique nationale d’architecture à Athènes. Partant du portrait de sites et d’initiatives qui sont des ressources singulières de ce territoire, cet ensemble démontre la nécessité et la possibilité d’agir à Athènes sans attendre, malgré l’absence quasi totale de commande publique et privé, et en particulier de formats de maîtrise d’ouvrage adaptés aux défis d’aujourd’hui.
  • Au centre de cet espace, le squelette d’un kiosque athénien (Periptero) conçu par Matthieu Prat (artiste et designer français installé à Athènes) accueillera un film documentaire retraçant les rencontres et discussions ayant eu lieu à Athènes en avril 2017 avec des acteurs institutionnels mais aussi des initiateurs d’alternatives prometteuses. Y seront également présentées des photographies réalisées au même moment par de jeunes architectes, designers et artistes, témoignant des conditions concrètes de vie et des potentiels de la métropole athénienne aujourd’hui.
  • Enfin, la BAL souhaiterait proposer un « sommet  international » consacré aux conséquences du désapprentissage en cours à Athènes, afin d’ouvrir de nouvelles pistes d’interventionnisme urbanistique. Les expériences et les propositions exposées seront débattues par un ensemble d’acteurs représentatifs des institutions et des acteurs (ONG, UE, ONU, fondations, universités…), venus de Grèce et d’autres villes européennes, susceptibles de devenir partenaires de projets démonstrateurs à Athènes demain.

Membres de l’équipe

  • Marc Armengaud est philosophe et urbaniste, co-directeur d’AWP (agence de reconfiguration territoriale), et enseignant à l’ENSA Paris-Malaquais, dans le département VAT.
  • Steven Melemis est architecte, membre du collectif Bazar Urbain et enseignant à l’ENSA Paris-Malaquais, dans le département VAT.
  • VAT est un département de l’ENSAPM dédié à l’exploration des nouvelles configurations territoriales issues de la globalisation et de ses conflits, cherchant à proposer de nouvelles approches stratégiques, mobilisant aussi bien les outils du projet construit, que des outils venus de l’économie sociale et collaborative, des ressources offertes par les médias numériques, ou des cultures artistiques radicales.

Partenaires du projet

  • ENSA Paris Malaquais
  • Institut français d’Athènes
  • Kassandras
  • Ecole Polytechnique d’Athènes (NTUA)

cap

Steven